La violence policière au Guatemala

Text auf Deutsch / texto en español

La police, sans compter l’armée, est la principale force étatique à qui est octroyée le monopole de l’utilisation de la violence. Le concept de violence est relativement large et comprend aussi bien la force physique que la surveillance, la répression et le maintien d’une sorte d’organisation sociale. Un tel concept se manifeste de différentes manières selon les circonstances et les acteurs impliqués. Cependant, cet usage de la violence trouve ses racines dans la structure même de l’Etat et de la société : c’est pourquoi il est nécessaire de l’analyser comme faisant partie d’un système qui la produit et en a besoin. Continue reading

8. März – internationaler Tag der Frauen in Guatemala

Wenn die Legende sich in der Realität bestätigt

Der 8. März hat in Guatemala dieses Jahr eine besondere und wuterregende Bedeutung: Heute vor genau einem Jahr wurden in einem sogenannten “Sicheren Heim” 56 Mädchen und junge Frauen eingesperrt und verbrannt. 41 kamen dabei um ihr Leben (s. Blog-Eintrag “Trauer, Wut und Empörung”) . Dies am 8. März, weil sie am Vortag versucht hatten, vor den Gräueltaten, der sexuellen Gewalt, dem Menschenhandel und den Misshandlungen, die sie im Heim tagtäglich durchleben mussten, zu fliehen. Sie wählten dieses Datum aus, um auf ihre missliche Lage aufmerksam zu machen, die sie bereits vermehrt gemeldet und angeklagt hatten, jedoch ohne gehört zu werden und ohne, dass ihnen Glauben geschenkt worden wäre.

Continue reading

Interventions de la Mission internationale «Justice pour Cáceres»

Suite à l’assassinat de Berta Cáceres, dirigeante du Conseil civique d’organisations populaires et indigènes du Honduras (COPINH), le 3 mars 2016, une Mission internationale « Justice pour Berta Cáceres »1, composée de 13 personnes de 6 pays d’Amérique et d’Europe, a visité le Honduras du 16 au 21 mars 20161. Ses travaux préliminaires réaffirment que le crime perpétré contre Berta Cáceres est un crime politique, et questionnent fortement l’attitude des autorités honduriennes dans un processus d’enquête totalement opaque.

Continue reading

Un deuxième membre du COPINH assassiné

Après l’assassinat d’un second membre du COPINH en deux semaines, la banque de développement des Pays-Bas FMO et le Finnfund suspendent leurs investissements dans le projet de barrage d’Agua Zarca.

Onze jours après Berta Cáceres, un second membre de l’organisation autochtone COPINH a été assassiné. Nelson García, résident de la communauté de Río Chiquito dans le Département de Cortés, a été assassiné par des personnes inconnues alors qu’il revenait dans sa famille après avoir aidé à déménager les affaires des familles expulsées de la communauté de Rio Chiquito.

La pression des activistes et organisations de la société civile honduriennes et internationales se poursuit. Une commission internationale arrive aujourd’hui au Honduras et des manifestations sont prévues sur le plan national.

Deux investisseurs ont déjà annoncé la suspension de leurs investissements: une première victoire pour le COPINH qui se bat depuis des années pour protéger le territoire lenca.(http://business-humanrights.org/en/honduras-second-member-of-indigenous-group-murdered-within-2-weeks-dutch-development-bank-suspends-activity)

Extraits du communiqué du COPINH sur l’assassinat de Nelson García, 15 mars 2016:

Continue reading

Las Pavas

J’ai essayé de résumer des situations qui sont immensément plus complexes en réalité que sur le papier, pardonnez-moi donc d’éviter certains détails, par mesure de sécurité autant que pour simplifier la compréhension.

PWS accompagne 5 communautés campesinas dans la région du Magdalena Medio: Las Pavas, El Garzal, Nueva Esperanza, El Guayabo et Bella Union. Toutes sont des communautés de paysans qui luttent pour leurs terres qu’on leur retire par la force et la violence. Leur lutte pacifique et non-violente pour leurs droits les plus stricts est appuyée par des associations de défense des droits humains, des avocats, des psychologues et des accompagnateurs internationaux. Malgré cela, leur situation reste précaire et leurs conditions de vie déplorables. Toutes subissent fréquemment des menaces voire des attaques directes et vivent dans une peur constante. Voici dans cet article le cas de l’une de ces communautés.

Continue reading

Entre troubles politiques et campagne électorale

L’ambiance est tendue depuis quelques semaines au Guatemala. Le 16 avril, la Commission Internationale contre l’Impunité au Guatemala (CICIG) a publié un rapport impliquant plusieurs officiels de l’Etat dans une structure de crime organisé au sein même du gouvernement, qui serait contrôlé par les offices douaniers. Il a été révélé que le secrétaire privé de la vice-présidente, aujourd’hui en fuite, n’est autre que le chef de ce réseau criminel. En outre, certains indices démontreraient que la vice-présidente et le président lui-même connaissaient l’existence de ce réseau et pourraient en être complices d’une manière ou d’une autre.

Ironie : La marche du 10 mai dans la région ixil pour la commémoration du deuxième anniversaire de la condamnation de Ríos Montt passe sous les guirlandes du Partido Patriota, parti politique de l’actuel Président ©Magali Grossenbacher/2015

Ironie : La marche du 10 mai dans la région ixil pour la commémoration du deuxième anniversaire de la condamnation de Ríos Montt passe sous les guirlandes du Partido Patriota, parti politique de l’actuel Président ©Magali Grossenbacher/2015

Continue reading

Pour que justice soit faite

A travers cet article paru dans le Journal du Jura, l’observatrice des droits de l’Homme de PWS Magali Grossenbacher témoigne de la lutte que mènent les communautés autochtones pour obtenir justice au Guatemalajj_20150304_0_0_9

Magali Grossenbacher, Journal du Jura, 4 mars 2015

Opposition pacifique face à un projet d’exploitation minière

Le calme semble revenu dans la communauté de Nueva Esperanza, après 3 ans d’escalade de tensions entre ses habitants pacifiquement opposés à un projet d’exploitation minière et l’entreprise Minerales Victoria. Retour sur un des cas qu’accompagne l’ONG PROAH.

Nueva Esperanza © Christelle Genoud/2015

Nueva Esperanza © Christelle Genoud/2015

Nueva Esperanza est une communauté de 50 familles située au nord du Honduras, dans le Département d’Atlantida, bordant la côte caraïbe. Elle vit principalement des revenus de sa terre ainsi que des remesas, l’argent envoyé par les membres de la famille qui ont fait le dangereux voyage vers les États-Unis.

Continue reading

Honduras

Légende © Renaud Vuignier/2015

Accompagnement d’un défenseur lors de son retour dans sa communauté après plusieurs semaines passée à COFADEH pour se protéger ©Renaud Vuignier/2015

En été 2009, l’armée organisait un putsch contre le président démocratiquement élu, Manuel Zelaya. Depuis, ce pays d’Amérique centrale connait une situation politique très instable qui favorise un climat d’impunité et de répression des mouvements sociaux. La situation des défenseurs des droits humains mais également des populations civiles qui tentent de s’organiser pour faire valoir leurs droits s’est largement détériorée. On observe des violations massives des droits humains par les forces de sécurité et d’autres groupes armés non étatiques. Les assassinats politiques, menaces et déplacements de populations sont fréquents, notamment dans les zones rurales.

PWS mandate des accompagnatrices et accompagnateurs volontaires dans le cadre du projet PROAH (Proyecto de Acompañamiento Internacional en Honduras), qui offre une protection à des défenseurs et défenseuses des droits humains à travers une présence internationale.