Un deuxième membre du COPINH assassiné

Après l’assassinat d’un second membre du COPINH en deux semaines, la banque de développement des Pays-Bas FMO et le Finnfund suspendent leurs investissements dans le projet de barrage d’Agua Zarca.

Onze jours après Berta Cáceres, un second membre de l’organisation autochtone COPINH a été assassiné. Nelson García, résident de la communauté de Río Chiquito dans le Département de Cortés, a été assassiné par des personnes inconnues alors qu’il revenait dans sa famille après avoir aidé à déménager les affaires des familles expulsées de la communauté de Rio Chiquito.

La pression des activistes et organisations de la société civile honduriennes et internationales se poursuit. Une commission internationale arrive aujourd’hui au Honduras et des manifestations sont prévues sur le plan national.

Deux investisseurs ont déjà annoncé la suspension de leurs investissements: une première victoire pour le COPINH qui se bat depuis des années pour protéger le territoire lenca.(http://business-humanrights.org/en/honduras-second-member-of-indigenous-group-murdered-within-2-weeks-dutch-development-bank-suspends-activity)

Extraits du communiqué du COPINH sur l’assassinat de Nelson García, 15 mars 2016:

(…)

L’assassinat de Nelson García est survenu dans le cadre de l’expulsion effectuée contre cette communauté, où environ 100 policiers, 20 effectifs de la police militaire, 10 de l’armée, entre autres groupes armés, ont envahi le territoire récupéré par 150 familles, dans lequel plus de 75 d’entre elles avaient pu construire leurs maisons, tant bien que mal, avec les matériaux qu’ils ont pu obtenir et beaucoup d’effort.

L’expulsion s’est produite le 15 mars à la mi-journée, avec des tracteurs et une lourde infrastructure afin de détruire les maisons de bois dans lesquelles les camarades du COPINH vivaient depuis presque deux ans. Lors de l’expulsion ont également été détruits le potager et les champs semés par la communauté, écrasant avec des tracteurs les plantations de manioc, de bananes et les petits champs de mais, violant ainsi tous leurs droits. Un four artisanal a même été détruits, et des poules de la communauté ont été tuées. (…).

Le camarade Nelson García a été un militant actif du COPINH, investi dans la défense du droit au logement, important participant du processus de récupération de la terre et de la création de la communauté de Rio Chiquito. Nous regrettons vivement cette nouvelle mort, 13 jours après le vil assassinat de notre coordinatrice Berta Cáceres.

L’assassinat de notre camarade Nelson García et l’expulsion de la communauté de Rio Chiquito s’ajoutent a la guerre menée contre le COPINH, visant a détruire son travail de défense, de résistance et de construction politique, en cours depuis plus de 22 ans. (…)

Depuis l’assassinat de notre camarade Berta Cáceres, nous avons été la cible de nombreux incidents, qui montrent que l’État hondurien n’a aucun intérêt à protéger notre vie et notre travail. Cela montre également son irrespect des décisions de la Commission interaméricaine des droits humains (CIDH) quant à la mise en œuvre des mesures de protection qui ont été dictées à notre égard il y a 9 jours.

Comment pouvons-nous avoir confiance dans le processus d’enquête de l’État alors que la coordination du COPINH est continuellement harcelée et criminalisée, par la recherche de sa présupposée participation à l’assassinat de Berta, alors que l’on n’investigue pas l’origine des menaces qu’elle avait subie?

Comment pouvons-nous croire qu’il y aura une justice pour Berta, alors que les mesures de protection de sa famille ne sont pas appliquées, que ses filles et ses camarades ont été harcelé-es par un homme armé dans la ville de Tegucigalpa au milieu des réunions avec les autorités?

Depuis le jour de l’assassinat de Berta, les locaux du COPINH à La Esperanza ont été surveillés par des personnes inconnues, nous avons été intimidé-es du fait de notre maintien dans la résistance, en droite ligne de notre coordinatrice Berta Cáceres.

Les camarades de la communauté de Rio Blanco (lieu du projet de barrage Agua Zarca) ont également souffert diverses agressions, (…) (notamment) des tirs d’ agents de sécurité du projet hydroélectrique, qui heureusement n’ont blessé personne.

Toutes ces agressions font partie d’un plan de destruction de notre organisation et nous appelons la solidarité nationale et international a s’y opposer.

Nous exigeons que cesse la persécution, le harcèlement et la guerre contre le COPINH. Nous exigeons la justice pour notre camarade Berta Cáceres. Avec la force ancestrale de Lempira, Mota, Etempica, Berta, nous faisons entendre nos voix pleines de vie, de justice et de paix!

Vive Berta! La lutte continue!

La Esperanza, Intibuca, Honduras, 15 mars 2016.

(Traduction: Sabine Masson)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s