Des relations de pouvoir inégales dans une expulsion foncière

Un article d’Annina Scherrer, Accompagnatrice pour les droits humains de Peace Watch Switzerland (PWS) au Honduras.

Tegucigalpa, Honduras, juin 2022

Au sud du Honduras, PWS a accompagné l’expulsion d’un terrain, initié par une entreprise d’okra dans le sud du pays, que la coopérative paysanne «Empresa Asociativa Campesina de Producción 9 de Noviembre» qui cultive, habite et tente de récupérer depuis le 25 mars 2022. Le groupe est en conflit avec cette entreprise qui veut s’approprier les terres pour la culture de l’okra. Avec la récupération des terres, les membres de la coopérative espèrent un avenir meilleur et de la subsitence.

Le 15 juin 2022, nous avons accompagné l’expulsion d’un terrain, initié par une entreprise d’okra (aussi appelé gombo) dans le sud du pays, que la coopérative paysanne «Empresa Asociativa Campesina de Producción 9 de Noviembre» cultive, habite et tente de récupérer depuis le 25 mars 2022. Le groupe est en conflit avec cette entreprise qui veut s’approprier les terres pour la culture de l’okra. Le groupe avait déjà tenté de récupérer la terre pour l’habiter et la cultiver en 2012 et avait dans le même temps présenté une demande à l’Institut national agraire (INA) pour l’option du titre de propriété. 35 familles de la région de Santa Ana de Yusguare, dans le sud du Honduras, participent à la récupération des terres, qui appartiennent à l’État. Avec la récupération des terres, les membres de la coopérative espèrent un avenir meilleur. Les endroits d’où viennent les familles n’offrent pas assez d’espace pour que les familles grandissantes puissent vivre et cultiver suffisamment de nourriture. La terre serait même assez grande pour que les familles vendent les surplus de production, en plus de l’agriculture de subsistance.

La coopérative se retire.

En 2014, il y avait déjà eu une expulsion forcée, initiée par la société d’okra, affirmant qu’elle avait un titre de propriété. Cependant, comme il s’est avéré que le titre de propriété n’est pas juridiquement valable, une action en justice est en cours contre la société. Avec le changement de pouvoir en janvier 2022 à Xiomara Castro, la coopérative “9 de Noviembre N°2” attendait le soutien de l’État pour récupérer le terrain et a été réinstallée le 25 mars 2022.

Lorsque nous arrivons au champ, peu avant 6 heures du matin le 15 juin, le groupe d’agriculteurs est assis, tendu, sur des chaises à l’entrée du champ. Parmi les quelque 25 personnes présentes, il y a beaucoup de femmes, d’enfants et de personnes âgées. Nous parlons avec Ever Vaca, l’un des porte-parole du groupe d’agriculteurs, qui décrit leur situation. Il nous dit qu’ils ont à peine dormi et ont parlé toute la nuit de la façon dont ils veulent procéder aujourd’hui. Lorsqu’il a informé le groupe de l’expulsion imminente la nuit précédente, une personne s’est évanouie et a dû être transportée à l’hôpital. Cependant, a-t-il dit, ils étaient arrivés à la conclusion, en tant que groupe, qu’ils ne quitteraient pas le terrain et qu’ils se battraient pour leurs droits devant les tribunaux. Mon collègue et moi avons décidé d’avoir une présence internationale à l’extérieur du camp pour avoir une issue de secours en cas d’affrontements entre la police et l’organisation paysanne.
En plus de nous, de PWS, d’autres organisations de défense des droits de l’homme étaient présentes, notamment le Secrétariat aux droits de l’homme et des membres de la Commission nationale des droits de l’homme (CONADEH).

Peu après 6 heures du matin, nous avons vu le premier camion arriver avec des policiers et des policières. Le groupe «Empresa Asociativa Campesina de Producción 9 de Noviembre» a d’abord semblé soulagé car “un seul” camion arrivait. Peu de temps après, cependant, un convoi de cinq autres camions est arrivé rempli de policiers, plusieurs agents de la circulation gardant l’entrée, un camion muni d’un canon à eau et l’ambulance de la police. Les policiers se sont alignés avec tout leur matériel en trois colonnes devant le terrain. Cette vue m’a fait un peu mal au cœur. Ce qui m’a le plus irrité, c’est le ratio d’environ 25 personnes du côté de l’organisation d’agriculteurs, dont beaucoup d’enfants, de femmes et de personnes âgées, pour environ 150 policiers lourdement armés de l’autre côté. Le canon à eau et l’ambulance ont également eu un effet menaçant sur moi.

Un peu plus tard, le juge d’exécution est arrivé avec une personne de la magistrature et a montré au groupe de paysans l’ordre d’expulsion. Le porte-parole de la coopérative agricole a lu l’ordre à haute voix. Plusieurs informations sur l’ordre d’expulsion étaient erronées : la date à laquelle l’expulsion devait avoir lieu, le nom de la coopérative agricole et la localisation du terrain à expulser. Cependant, le juge d’exécution a annoncé qu’il y aurait de toute façon une expulsion, soit maintenant, soit plus tard, soit un autre jour. Le groupe, cependant, a insisté sur son droit à ce que l’ordre d’expulsion soit juridiquement valable avant de réaliser cette action. Alors le juge est parti dans sa voiture. Il y avait un sentiment de soulagement dans le groupe. Cependant, alors que la police restait là, il est devenu clair que le juge de l’exécution reviendrait bientôt avec une ordonnance d’expulsion révisée. C’est ce qui s’est passé. Même si la date de l’arrêté d’expulsion était encore fixée à la veille, l’expulsion était déjà un fait.

Ever Vaca a souligné que la procédure judiciaire contre l’entreprise aura lieu en septembre, car leur titre de propriété est faux et qu’il n’y a donc aucune raison de les expulser. Le juge d’exécution a répondu en disant que jusqu’à ce que cela soit officiellement confirmé, elle était considérée comme la propriétaire légale du terrain.

Entre-temps, plusieurs médias étaient arrivés et la police les a autorisés à passer seulement lorsqu’une des organisations de défense des droits de l’homme a demandé au commandant s’il était normal que les médias se voient refuser l’accès.

La police s’est maintenant alignée directement devant le sol et la situation est devenue de plus en plus tendue. Cependant, il semble que le commandant de la police ait voulu éviter une expulsion violente, puisqu’il s’est approché du porte-parole et a négocié avec lui. Peu de temps après, la coopérative d’agriculteurs s’est réunie et a décidé d’abandonner “volontairement” la terre pour éviter une confrontation violente et pour sauver ses biens. Quand j’ai demandé à mon collègue comment procédait la police en cas d’expulsion violente, il m’a répondu : « La police va sur le terrain, expulse les gens de force puis brûle tout.»

Le groupe d’agriculteurs a commencé à démanteler leurs maisons faites de piliers en bois et de bâches en plastique pour économiser le plus possible. Maintenant, nous entrons aussi dans leur terrain. La déception et la tristesse des déplacés étaient évidentes. Une femme plus âgée s’est approchée de nous en pleurant et nous a demandé si nous allions continuer à les accompagner. Une autre femme nous a dit qu’elle ne savait même pas où ils devaient maintenant aller. Une dernière a fait part de sa déception face à la nouvelle présidente, Xiomara Castro, qui avait promis de défendre les droits des paysans et des agriculteurs.

Pendant que le groupe démontait le camp, nous avons discuté avec différentes personnes de la coopérative. Une femme a déclaré : “Regardez comme nous sommes entourés de plus d’une centaine de policiers lourdement armés, comme si nous étions les pires personnes au monde. Ils nous traitent comme si nous étions des criminels sérieux et nous ne sommes même pas armés. Tout ce que nous voulons, c’est planter du maïs pour que nous puissions offrir un avenir meilleur à nos fils et à nos filles ». Un homme nous a dit : « La propriétaire de l’entreprise a déjà construit une vie et assuré un avenir à ses enfants. Ne méritons-nous pas aussi l’opportunité d’un avenir meilleur, sans faim ni difficultés ?»

Après environ trois heures, la police est entrée sur le terrain et a proposé de l’aider à le nettoyer. Un policier a dit : « Je ne supporte plus le soleil et nous avons encore un long chemin à parcourir.» Comme le convoi était parti de Tegucigalpa, ils voulaient partir au plus vite. La police s’est plainte d’avoir attendu au soleil pendant que le groupe de paysans était contraint de quitter leurs maisons.
Cependant, le groupe d’agriculteurs a accepté l’aide des policiers. Avec environ 150 policiers présents, le terrain a été rapidement dégagé.

Bien que l’expulsion ait été une grande déception pour le groupe d’agriculteurs, la plupart d’entre eux ont souligné qu’ils n’abandonneraient pas. Ils veulent continuer à se réunir et à bien organiser le groupe et attendre le résultat de la procédure judiciaire en cours contre l’entreprise. J’ai été très impressionné et ému par cet esprit combatif.

Légende de photo: La police arrive pour expulser les membres de la coopérative «Empresa Asociativa Campesina de Producción 9 de Noviembre».

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s